Publications

Correspondance de Johannes Hevelius – Tome III, correspondance avec Pierre des Noyers, secrétaire de la Reine de Pologne

Ouvrage publié avec le soutien financier du CRCV.

Chantal Grell, avec la collaboration de Damien Mallet, Correspondance de Johannes Hevelius – Tome III, correspondance avec Pierre des Noyers, secrétaire de la Reine de Pologne, Brepols, coll. « De Diversis Artibus » (DDA 106 (N.S. 69)), 2020, VIII+735 p., 35 ill., 156 x 234 cm, 105 € (ISBN : 978-2-503-58780-6).

Pierre des Noyers (1607-1693) fut le secrétaire et le confident de la princesse Marie de Gonzague-Nevers (1618-1667), mariée à Ladislas IV de Pologne. Il l’accompagna à Varsovie. À l’occasion de l’entrée de la reine à Dantzig, il rencontre pour la première fois Hevelius. S’ensuit une longue correspondance (1646-1686) qui ne prend fin qu’à la mort d’Hevelius en janvier 1687. Initié aux mathématiques par Roberval, connu de Mersenne et de Jean-Baptiste Morin, des Noyers est un homme de science qui introduit en Pologne les machines à calcul de Pascal, scrute les astres à la lunette, suit la querelle du vide (1647) et s’applique à faire de l’astrologie une science exacte. Sans croire à celle-ci, Hevelius partage son souci de la précision. Leur correspondance est très riche d’informations sur la circulation des découvertes, des observations et des ouvrages. Pierre des Noyers est aussi un ami très utile pour Hevelius de par sa proximité avec la cour de Pologne et ses liens avec les nombreux Italiens qui la fréquentent, notamment l’ingénieur Tito Livio Burattini, mais aussi de par ses échanges hebdomadaires avec Ismaël Boulliau. Diplomate au service de la reine, il effectue plusieurs séjours en France et assure en Europe la distribution des ouvrages d’Hevelius. Pierre des Noyers apparaît comme un savant de l’âge baroque aux curiosités multiples. Son monde est celui de la cour savante de Varsovie, fascinée par l’astrologie, la médecine chimique, les savoirs occultes. Janséniste de conviction, il introduit en Pologne les Provinciales de Pascal et fait connaître en France les vampires. Avec les thermomètres de Florence, il réalise les premiers relevés météorologiques systématiques en Pologne. Il y a aussi patiemment construit un ‘parti français’ et l’on sait qu’Hevelius, pensionné par Louis XIV, a représenté les intérêts de la France à Dantzig où il a occupé des fonctions consulaires. Cette correspondance, sur fond de guerres permanentes qui affligent le royaume, permet de découvrir le quotidien d’un savant isolé : soucis d’argent, problèmes avec l’acheminement du courrier, jalousies et rivalités académiques, difficultés de se tenir informé. Ami fidèle et dévoué, Pierre des Noyers a aidé et soutenu Hevelius au lendemain de l’incendie qui a détruit son observatoire (1679).

Professeur d’histoire moderne à l’université de Versailles-Saint-Quentin, spécialiste d’historiographie et d’histoire des cours, Chantal Grell a dirigé le premier volume de cette correspondance (Prolégomènes critiques) et publié le tome II : Correspondance avec la Cour de France.

Commander l’ouvrage

Éditions Brepols

Parution mi-août 2020.

Site réalisé avec le soutien de :
Château de Versailles
Conseil général des Yvelines
©CRCV