Recherche et formation

Rituels et cérémonies de cour, de l’Empire romain à l’âge baroque

Colloque - 9-11 octobre 2014 - Versailles et Saint-Quentin-en-Yvelines

Colloque organisé par l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines en collaboration avec le Centre de recherche du château de Versailles (et dans le cadre de son axe de recherche sur « L’Étiquette à la cour : textes normatifs et usages »), le Centre national de la recherche scientifique (UMR 8167) et la commune d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les rituels et cérémonies ont déjà fait l’objet de multiples études scrutant leurs diverses composantes dans le cadre de cours particulières. L’ordonnancement formel de ces aspects centraux du fonctionnement curial n’a pas manqué d’être relié à la hiérarchie aulique elle-même. Or il apparaît possible d’envisager plus précisément les rituels et cérémonies dans leurs rapports avec les fondements sociaux et culturels des systèmes de cour. Des perspectives comparatistes sur les rituels et cérémonies de cour ont déjà été ouvertes, en particulier dans l’ouvrage dirigé par D. Cannadine et S. Price (Rituals of Royalty. Power and Ceremonial in Traditional Societies, Cambridge, 1987) : ce livre est ainsi centré sur la notion de pouvoir monarchique et envisage un très large spectre de civilisations incluant l’Orient ancien, les Empires romain, byzantin et carolingien, l’Asie et l’Afrique. Pour l’époque ultérieure, au-delà des études classiques sur les cérémonies et rituels de la monarchie française, d’E. Kantorowicz aux cérémonialistes anglo-saxons et à A. Boureau, il existe aussi des approches comparatistes à l’échelle européenne. On peut citer les livres coordonnés par S. Bertelli et G. Crifo (Rituale Cerimoniale Etichetta, Bompiani, 1985) ou encore M.-A. Visceglia et C. Brice (Cérémonial et rituel à Rome, Rome, 1997) ; un projet thématique est également en cours, qui a occasionné la publication de l’ouvrage dirigé par G. Sabatier, J. Chroscicki et M. Hengerer (Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe s., vol. I : Le grand théâtre de la mort, Paris, 2012).

Par rapport à ce type d’approche, nous avons interrogé quelques phénomènes précis liés au fonctionnement curial. Ce colloque s’est limité au monde européen et à ses racines romaines. La périodisation retenue s’étend ainsi de l’Empire romain à l’âge baroque, c’est-à-dire de la naissance d’un modèle curial à son épanouissement européen antérieur aux transformations mieux connues de l’âge classique. Cet arc chronologique large a permis d’envisager tous les types de cour (qu’elles soient impériales, pontificales, royales ou princières) et la possibilité de comparer les phénomènes et de déceler l’existence de traditions curiales, c’est-à-dire d’étudier l’émergence d’une culture européenne de la cour. On s’est intéressé en particulier à l’influence de l’Antiquité sur les périodes postérieures, aux lectures « modernes » des rituels et cérémonies antiques ou médiévales, aux phénomènes de remploi ou de préservation de multiples objets patrimoniaux liés aux cours.

Dans ce cadre, les rituels et cérémonies de cour ont été pris en compte selon quatre axes :
>  cadre spatial : insertion en particulier dans les villes, palais, sanctuaires ou églises ;
>  déroulement temporel : temps des cérémonies elles-mêmes mais aussi inscription dans le calendrier et dans la vie politique, selon différentes échelles temporelles (le temps d’un règne ou d’une dynastie, le temps d’une année, les fêtes religieuses) ;
>  représentations : qu’elles soient insérées dans les rituels eux-mêmes ou qu’elles en offrent une image, sous des formes artistiques diverses, par exemple les publications des cérémonies, les descriptions (manuscrites ou imprimées) de celles-ci, agrémentées d’illustrations ou non ;
>  acteurs : monarques (et leur entourage proche), hommes de cour (dont les « fonctionnaires » de cour et les intellectuels et artistes), mais aussi contributions du reste des populations, y compris dans leurs aspects les plus matériels (approvisionnement par exemple).

Ce colloque s’est déroulé sur 3 jours : le jeudi 9 octobre 2014 (14h-18h) à l’auditorium de la bibliothèque universitaire de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, le vendredi 10 octobre 2014 (10h-18h) à la salle des Colonnes de la Grande Écurie du château de Versailles, le samedi 11 octobre 2014 (10h-12h30) au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines.

PDF - 17.5 ko
Programme complet

Visualiser les interventions du colloque

Powered by Dailymotion

Site réalisé avec le soutien de :
Château de Versailles
Conseil général des Yvelines
©CRCV